Cryothérapie: Effet de mode ou bien-être avéré?

Cryothérapie: Effet de mode ou bien-être avéré?

La cryothérapie… un terme complexe pour un concept en réalité bien simple.

Il s’agit d’une idée ancienne selon laquelle le froid peut procurer des bienfaits thérapeutiques. Exposer une blessure à des températures proches de zéro pourrait contribuer à la guérir. Si vous avez un jour déposé un peu de glace pour soulager une cheville endolorie, vous avez eu recours à la cryothérapie.

Mais au cours des dernières décennies, le concept a pris une nouvelle ampleur avec le développement d’une forme de cryothérapie bien particulière – “la Cryothérapie Corps Entier” (CCE). S’inspirant de techniques ancestrales, à l’instar des bains de glace, la CCE consiste à s’exposer à de l’air très froid et sec, avec des températures avoisinant les – 100 degrés, dans des cabines spécialisées.

La CCE a d’abord fait son apparition au Japon dans les années 1970, avant de s’implanter en Europe dans les années 80. Aux Etats-Unis, c’est seulement au cours de la dernière décennie que le phénomène s’est developpé, porté par de nombreuses célébrités qui ont révélé y avoir recours.

Certains athlètes notamment comme Cristiano Ronaldo et LeBron James ont utilisé la CCE pour prévenir et traiter les douleurs musculaires liées à leur activité sportive. De nombreuses publications scientifiques ont d’ailleurs étudié les liens et potentiel bienfaits entre exercice et cryothérapie, évaluant les bienfaits de cette denrière sur les sportifs.

Cependant, cette thérapie est surtout devenue le traitement phare de nombreux spas, thalassos et cliniques privées, dans toute l’Europe. La CCE y est souvent présentée comme miraculeuse, pouvant aider les individus aussi bien à perdre du poids et à calmer leurs angoisses qu‘à retrouver une peau plus saine et plus jeune.

Progressivement, la CCE est en passe de devenir un des traitements santé et beauté les plus tendance du moment. Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle?

Les évolutions récentes trouvent leurs sources dans les années 60 et 70, quand les chercheurs travaillant sur le sujet du don d’organe se sont rendus compte que garder les organes à des températures très basses était une bonne manière de les conserver. Ces travaux ont généré beaucoup d’intérêt parmi les scientifiques, poussant certains à aller plus loin dans l’étude des bienfaits therapeutiques du froid.

“Lorsqu’une personne se blesse, les vaisseaux sanguins autour de la blessure peuvent être endommagés. S’ils ne fonctionnent pas correctement, ils n’apportent pas le sang et donc l’oxygène nécessaire aux cellules encore saines qui se trouvent près de la blessure. Ces cellules peuvent alors mourir – il s’agit d’une blessure secondaire. En nous appuyant sur nos connaissances à propos du don d’organe, nous nous sommes rendus compte que nous pouvions exposer ces cellules à des températures très froides, pour réguler le métabolisme cellulaire et faire en sorte qu’elles vivent plus longtemps. Le froid permet donc de réduire l‘étendue des dégâts provoqués par une blessure,” raconte Jeremy Hawkins, un chercheur à l’université Colorado Mesa (Etats-Unis).

Certaines des études publiées dans les dernières décennies soutiennent cette idée. Elles suggèrent que chez les sportifs, la CCE améliore le ressenti subjectif de la douleur musculaire. Ces derniers disent se sentir moins endoloris lorsqu’ils ont recours à la cryothérapie après un effort. Certains travaux ont aussi montré que la CCE est une méthode efficace pour réduire les symptômes inflammatoires parfois ressentis par les athlètes.

“Les gens qui ont recours à cette technique, expérimentent un resserrement des vaisseaux sanguins, le sang se retire des extrémités du corps. Lorsque les individus terminent leur séance de CCE, leurs vaisseaux se dilatent à nouveau, le sang passe dans tout le corps, chassant les toxines et aidant les patients à se remettre de leurs blessures,” explique Hawkins.

Certaines études ont également suggéré que le corps produisait une quantité plus importante d’adrénaline suite à une session de CCE, ce qui peut expliquer le sentiment d’euphorie que certains ressentent après avoir été exposé au froid.

Mais pour tous les travaux scientifiques publiés au sujet de la CCE montrant ses bénéfices, un nombre tout aussi important d‘études remettent aussi en cause son efficacité.

Elles soulignent notamment qu’il est parfois très difficile d‘évaluer les bénéfices potentiels de la cryothérapie du fait que beaucoup de questions restent encore sans réponse concernant les processus biologiques et chimiques activés dans le corps lorsqu’il est exposé à des températures très basses. La plupart des études au sujet de la CCE sont basées sur le ressenti des individus plutôt que sur des données moléculaires et biologiques objectives.

“Nous devons absolument définir de meilleurs marqueurs biologiques, pour bien comprendre ce que l’on cherche à étudier. A l’heure actuelle, les sujets dans nos études peuvent nous dire comment ils se sentent après une séance de CCE, mais nous devons aussi faire l’effort de comprendre la réponse biochimique du corps lorsqu’il est exposé à ces températures,” insiste Hawkins.

Dans une récente revue de littérature, les chercheurs ont reconnu que la CCE pouvait apporter une certaine aide pour se remettre d’un effort physique, tout en soulignant que les preuves scientifiques actuelles étaient encore loin d‘être suffisantes.

En ce qui concerne les autres bienfaits supposés de cette thérapie, longuement vantés par les spas et par les centres de bien-être, l’absence de preuves est encore plus évidente. Il n’y a tout simplement pas assez de données pour évaluer les effets véritables de la CCE sur l’aspect de la peau, sur la perte de poids ou encore sur le stress.

Enfin, si s’exposer à des températures polaires n’est évidemment pas sans danger, un traitement réalisé en suivant quelques règles simples permet de réduire considérablement les risques. Le port de gants, de chaussettes sèches et d’un bonnet est fortement conseillé.

Problème: de nombreux établissement n’appliquent pas ces règles et ne proposent aucun accompagnement médical.

Comme Kristina Kosta, une jeune femme qui a essayé la CCE lors d’un festival le raconte: “J’ai tenté l’expérience lors d’une foire de l’innovation. C‘était un moment amusant et j’ai bénéficié une meilleure circulation sanguine dans l’heure qui a suivi. Globalement les bénéfices pour ma santé sont quand même restés assez limités et surtout, à aucun moment on ne m’a pas fait porter de vêtements protecteurs.”

Tenter la CCE pourrait certes améliorer votre état et votre ressenti, surtout après un effort physique… mais l’expérience pourrait tout aussi bien n’avoir aucun effet sur vous, en dépit du prix exorbitant qu’il vous faudra débourser dans certains établissements.

Léa Surugue
Suivez Léa @LSurugue

Plus de wellness

Voir plus